vendredi 2 juin 2017

lectures de mai

Je ne sais pas si j'ai choisi le roman le plus accessible de Giono pour découvrir cet auteur mais le titre est si beau... Je garde un souvenir intrigué pour ce style puissant et cette facilité à créer des univers oniriques dans la campagne française... A explorer

Quelle belle histoire que celle de Ifemelu qui quitte son Nigeria natal pour aller étudier aux Etats Unis. Elle quitte l'homme de sa vie pour tenter de construire la sienne dans le pays de tous les possibles. Là elle est confrontée à son état de femme noire d'Afrique, au racisme ordinaire, aux clivages, aux codes (la coiffure notamment : cheveux lissés, nattés, les soins à y apporter, un vrai casse-tête pour les femmes noires). Noir américain contre noir africain, noir américain contre blanc américain. Et que devient-on quand on rentre au pays ? Une americanah ? Elle ouvrira un blog fameux sur la condition des noirs aux EtatsUnis, fera en sorte de garder son accent nigerian et épuisera des relations bancales avec des hommes blancs et noirs. L'appel de l'Afrique sera plus fort, l'appel de l'amour aussi.
Très beau constat sur la quête d'une nationalité/identité et comment vivre avec cette peau de blanc par dessus sa peau de noir ?

 Drôle de petit roman. Nobody est rebaptisé de la sorte par le couple de fantômes qui va l'élever dans l'enceinte du cimetière où ils résident pour l'éternité. Bod a échappé à l'assassin qui a tué ses parents et sa soeur et risque sa vie s'il quitte le cimetière. Ce résident particulier apprendra des morts et des morts-vivants un peu de sorcellerie, de magie et recevra une éducation tout à fait originale. Mais le monde lui tend les bras et avant de revenir passer l'éternité avec cette nouvelle famille, il doit vivre. Un roman pour ado original et qui interroge sur le sens qu'il faut donner à sa vie, car elle en a forcément un, chacun de nous ajoutant sa pierre à l'édifice.

Jacques Prades est maître de conférence en économie à l'université de Toulouse, président et co-fondateur de Cerises, Centre Européen de Ressources sur les Initiatives Solidaires et les Entreprises Sociales. Il nous a accompagnés pour la mise en place du cohabitat (cooptation de nouveaux résidents, charte, aspects juridiques etc...). Il a la chance extraordinaire de travailler une grande partie de l'année sur Venise. D'où cet opus qui nous alerte sur l'extrême fragilité de la Sérénissime en nous expliquant comment, à travers les siècles, elle en est arrivée là. Venise l'insoumise finira-t-elle par sombrer dans l'adriatique ? En attendant nous pouvons peut-être tirer de l'histoire de cette ville unique au monde des leçons de vivre ensemble qui nous interpellent aujourd'hui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire