mardi 9 septembre 2014

souvenir d'une vie

Au détour d'une rue de Saint Pierre d'Oléron, un vide-maison. A l'intérieur de la cour, nous sommes accueillies par une dame qui nous invite à entrer, à faire le tour du propriétaire et à repérer ce qui est susceptible de nous intéresser. Tout ce qu'il reste d'une vie et que les héritiers ne veulent pas ou ne peuvent pas garder est offert en pâture aux passants, aux voisins. Il y a mille objets posés sur les meubles, dans les armoires, par terre. Servez-vous. Le couple est débordé, annonce des prix, encaisse des chèques, du liquide, déménage une commode, certains "clients" négocient. Nous repérons un réveil seventies, des poupées russes, un sac en paille tressée, un porte-revues en rotin, un prie-dieu, une saucière, un ruban, des paris-match datant des années 50. Les prix sont minimes, nous repartirons chargées de trésors et en catimini, avec cette impression d'avoir dépouillé une famille qui a perdu l'un des siens et tourne une page de son histoire. Depuis la cour, j'ai l'image de cette maison ouverte aux 4 vents, dont les objets sont éparpillés, rendus à une autre vie.
J'ai installé le prie-dieu au pied de mon lit, le réveil trône sur la table de nuit, le porte-revues est à sa place dans le salon, la saucière fait un tour au lave-vaisselle, les poupées russes viennent compléter ma collection, le ruban a disparu dans la boîte à couture, le panier sert de fourre-tout et les paris-match sont feuilletés avec précaution. Et voilà comment ces souvenirs d'une vie entière sont entrés dans la mienne.

3 commentaires:

  1. je sais que c triste..mais ma mere adore ca....mon oncle achetait des maisons en lorraine et des fois il y trouvait des meubles des objets...le plaisir de ma mere...;)

    RépondreSupprimer
  2. Et ces objets ont de la chance de vivre une seconde vie avec ce regard-là sur eux...

    RépondreSupprimer