vendredi 21 juin 2013

la pluie nous engloutit

Un printemps inondé, ce sont des potagers qui font triste mine, des agriculteurs qui commencent à râler, des kermesses annulées, des pique-niques trempés. Et puis la grande faucheuse s'y met et toutes les larmes salées s'ajoutent aux torrents d'eau douce qui sortent de leur lit. Le sort s'acharne, il est aveugle et sourd, le rideau de pluie se transforme soudain en rideau de fer et anéantit quatre vies en même temps. Les orphelins sont nombreux. Leur tribu les entoure, leurs amis les soutiennent. Tenir autant de peine à bout de bras, ça fait si mal au coeur qu'il faut se serrer pour garder la chaleur, entretenir la vie. Après  le fracas du métal qui se froisse, le silence retombe sur les anges.


5 commentaires:

  1. ooh vraiment une saison a oublie...ooohhh desolee...

    RépondreSupprimer
  2. La vie est parfois une loterie cruelle... Des mots doux parce qu'ils n'effacent pas les larmes, la colère, la tristesse... mais ils sont là, juste là... Plein de bises.

    RépondreSupprimer
  3. mes pensées sont avec toi, bises

    RépondreSupprimer